Un large comité « Oui à l’économie verte »

Home / Communiqué de presse / Un large comité « Oui à l’économie verte »

Le vote final relatif à l’économie verte au Parlement donne
le coup d’envoi à la campagne de votation. Le comité « Oui à
l’économie verte » a ainsi été fondé mercredi déjà.

Le Parlement s’est prononcé aujourd’hui contre la modernisation de
la loi sur la protection de l’environnement et contre une économie
durable. Le peuple et les cantons auront la possibilité de corriger
cette erreur en juin ou en septembre 2016, en acceptant l’initiative
populaire « Pour une économie durable et fondée sur une gestion
efficiente des ressources (économie verte) ».

Une évidence
L’initiative veut réduire – d’ici 2050 – l’impact écologique de la
Suisse à un niveau que la nature puisse supporter. En suivant 3
axes : protection climatique, efficience des ressources et
importations « propres ». L’objectif poursuivi correspond à celui de
l’accord climatique de 1,5-2°C conclu à Paris, à l’agenda onusien du
développement durable pour 2030 et au 7e programme d’action
européen en faveur de l’environnement : « En 2050, nous vivons
bien, dans les limites écologiques de notre planète ». Aujourd’hui,
nous aurions besoin de 2,8 planètes si tous les pays avaient
l’empreinte écologique de la Suisse.

Large soutien
Les Verts, le PS, les Vert’libéraux, swisscleantech, le Global Footprint
Network, Pusch ainsi que la Jeunesse socialiste et les Jeunes Verts
s’engagent dans le comité « Oui à l’économie verte », en vue de
gagner la bataille des urnes. Ils ont fondé une association à cet
effet. D’autres organisations réfléchissent à la rejoindre : Pro Natura,
le Fonds Bruno Manser et oeku Eglise et environnement ont déjà
annoncé qu’ils soutiennent l’initiative.

Un succès à portée de main
Lors de sa campagne, le comité entend montrer à la fois la nécessité
écologique et le potentiel d’une économie verte. La population est
d’ailleurs largement favorable à une protection accrue de
l’environnement. En acceptant l’initiative, on donne une impulsion
importante pour des emplois d’avenir, l’innovation et la compétitivité
tout en réduisant les coûts grâce à une plus grande efficacité
énergétique et matérielle. Elle est dans l’intérêt de notre pays, mais
il s’agit également d’un devoir d’équité vis-à-vis des autres pays et
des générations futures. Car nous n’avons pas de planète B !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *