Une chance historique a été manquée

Home / Communiqué de presse / Une chance historique a été manquée

Le Comité du Oui à l’économie verte regrette que la population ait rejeté l’initiative pour une économie verte, car celle-ci répond à une nécessité impérative : aujourd’hui, notre pression sur l’environnement est telle qu’il ne peut plus se régénérer. Article constitutionnel ou pas, la Suisse sera contrainte à réduire son empreinte écologique durant ces prochaines décennies.

En rejetant l’initiative pour une économie verte, la Suisse a manqué une chance historique. Le Comité « Oui à l’initiative pour une économie verte » regrette le Non qui est sorti des urnes. Tandis que des pays comme la Finlande ou l’UE mettent les bouchées doubles en matière de durabilité et de protection de l’environnement, la Suisse est de plus en plus à la traîne.

Economie verte : il est impératif d’agir
Le Conseil fédéral lui-même a reconnu qu’il était urgent de prendre des mesures en faveur d’une économie durable et efficace en matière de ressources ; son contre-projet à l’initiative en était la preuve. Durant la campagne, de nombreux opposants ont également reconnu qu’en voulant réduire notre empreinte écologique, l’initiative répondait à un besoin impératif. Nous attendons désormais des actes ! Si nous voulons préserver les conditions de vie de nos enfants et petits-enfants, il est indispensable de réduire notre impact écologique à un niveau supportable.

La large alliance pour une économie verte poursuivra son engagement
La campagne a permis de montrer qu’il existe déjà de nombreuses solutions pour réduire notre impact écologique et qu’un grand potentiel supplémentaire pourrait être développé grâce à la recherche et aux technologies du futur. De plus, l’existence de deux parties distinctes de notre économie est apparue au grand jour, avec d’un côté une aile conservatrice agrippée à son rétroviseur, et de l’autre, une aile novatrice prête à exploiter le potentiel de l’économie verte – qui, elle, a soutenu l’initiative.

Des PME locales aux multinationales, en passant par Swisscleantech, la protection des consommateurs, les syndicats, les organisations environnementales ou d’aide au développement, des partis et d’autres organisations et personnalités : ce sont des cercles largement respectés qui ont soutenu l’initiative. Cette large alliance va poursuivre son engagement en faveur d’une économie circulaire et des cleantech. Les solutions et le potentiel qu’elles recèlent doivent être appliqués.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *